Villeneuve-du-Latou et Sainte-Suzanne

Gérard Pradalié 2014 (site Patrimoine et paysage en Volvestre)

Autrefois, Villeneuve s’appelait Villeneuve de Granouillet. Ce n’était au départ qu’un grand domaine agricole (villa) sous la protection d’un site fortifié, le Castel.

La pointe sud de ce site qui domine la vallée du Latou a pu en effet porter une fortification. A l’arrière, s’étend un petit éperon aménagé défendu par un fossé. Faute de documents et de fouilles, on ne peut en dire plus.

La pointe sud du Castel

L’éperon aménagé

L’arrondi du fossé au nord

L’église Sainte-Marie, construite sur la rive gauche du Latou, est romane. C’est un édifice court à trois nefs. Bien que fortement remanié, l’intérieur présente encore une succession d’arcatures aveugles le long des murs de l’abside et des deux absidioles.

A l’extérieur, le chevet est dominé par l’abside à cinq pans ; elle est remarquable par son élévation que soulignent deux pilastres.

L’église vue de l’est

L’abside

Avec le temps, la décoration des ouvertures et des corniches a beaucoup souffert du caractère friable du calcaire local utilisé dans la construction.

L’ancienne porte nord de l’église

Fenêtre sud de l’abside

Corniches sud et modillons rongés par le temps

Sainte-Suzanne

Comme Sainte-Marie de Villeneuve, l’église de Sainte-Suzanne est à l’origine une église romane et a appartenu au monastère de Lézat. Mais elle est beaucoup plus grande, a été le siège d’un prieuré et a connu des dommages qui l’ont défigurée. En particulier, elle a été victime des violences religieuses de la fin du XVIe siècle au cours desquelles elle a sans doute été incendiée, avant d’être partiellement reconstruite au début du siècle suivant.

Vue générale du sud-ouest. Le clocher-mur est du XIXe siècle

Vue latérale sud

L’extérieur a gardé son allure romane, avec, en particulier son abside et ses deux absidioles, son portail sud très abîmé.

En revanche l’intérieur a été profondément bouleversé. Si les absidioles sont intactes, la voûte du chœur roman, dont il reste deux fenêtres d’origine, a été remplacée vers 1600 par une voûte d’inspiration encore gothique reposant sur des arcs brisés.

La voûte de l’abside

Malgré les vicissitudes que l’édifice a subies l’abside et les absidioles ont conservé de belles fresques d’époque Renaissance.

Celles de l’abside, en partie effacées, semblent dédiées à sainte Suzanne patronne des lieux : l’une d’elles la représente devant son église, conduisant au baptême son cousin Claude.

Suzanne et Claude devant l’église (figurée avec son ancien clocher-mur).

Les fresques de l’absidiole sud illustrent le combat de saint Michel contre les démons. Celles de l’absidiole nord, les mieux conservées, sont consacrées à la vie de la Vierge.

Joseph est choisi comme époux de la Vierge

Mariage de Marie et de Joseph

On ne sait pas si l’église a eu une nef et des bas-côtés voûtés. Aujourd’hui, la nef n’est qu’une vaste salle qui a été longtemps plafonnée. Depuis 2001, elle est couverte d’une charpente.

 

Fermer le menu